Thumbnail for 418298

Emmanuel Macron l’avait annoncé dès son élection, il allait lancer un grand plan logement à l’automne. Ainsi, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, et Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, ont présenté la semaine dernière les grandes lignes de la stratégie pour le logement du gouvernement. Dans cet article nous revenons sur les principales mesures afin de prendre connaissance de ce qui va réellement changer pour le logement et donc pour les différents marchés immobiliers. Lire l’article complet

Thumbnail for 418169

Le premier job d’un syndicat des professionnels de l’immobilier, c’est l’influence publique. A nous d’être présents. Et pour y parvenir, nous allons devoir réinventer notre mode de fonctionnement. Il y a un profond changement dans la classe politique depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron. Il n’est plus possible de soutenir que la FNAIM va fonctionner comme avant et convaincre avec les mêmes arguments. C’est au travers de ce que feront les pouvoirs publics dans les 5 années à venir que nous pourrons imaginer ce que doit être notre Fédération. Il va donc falloir que nous adaptions nos comportements, nos messages et nos méthodes pour être plus efficace.

Avoir des outils crédibles

Il faut apporter des solutions aux adhérents de façon intelligente : la Fédération doit être un rassembleur mais aussi un assembleur. Il y a un certain nombre de fonctions qui sont régaliennes : il faut développer le conseil juridique, transformer la formation continue en mettant en place des formations à distance, des structures locales et en décentralisant. Il faut défendre les adhérents : je veux mettre en place une structure pratique avec des moyens pour défendre nos activités, nos marchés et travailler sur l’avenir. Trop souvent, nos adhérents ont le sentiment Lire l’article complet

Thumbnail for 418167

Je suis un entrepreneur de 53 ans et je présente ma candidature pour être le prochain Président de la FNAIM. Mais mon horizon professionnel ne s’arrêtera pas au terme de ce mandat. Militant depuis toujours, je suis pleinement engagé sur l’avenir de nos entreprises. La Fédération que je veux bâtir est une fédération ouverte, moderne, offensive et exigeante. J’ai toute la légitimité pour essayer de mener un projet qui prend en compte l’avenir de la profession. J’ai une vision métier, une capacité d’écoute, une faculté d’analyse sur cette mission …

La Fédération n’est pas une directrice de conscience

La Fédération est là pour éclairer les chefs d’entreprise, pour protéger la valeur ajoutée qu’ils créent, pour faire en sorte que celle-ci ne soit pas appauvrie par des décisions législatives iniques et qu’elle ne soit pas, demain, ubérisée ou concurrencée par des personnes qui pratiquent une forme de concurrence déloyale.

Professionnalisme et proximité

La Fédération ne doit pas incarner, à mon sens, un modèle d’entreprise mais plutôt un modèle de compétences basé sur nos valeurs : professionnalisme et proximité. Quand je dis que je veux une Fédération offensive c’est que, pour moi, le cube jaune doit être un marqueur de professionnalisme mais, être offensif, c’est Lire l’article complet

Thumbnail for 417917

C’est le bon Docteur Freud qui a ainsi nommé la difficulté ontologique que nous avons à être intime avec les autres, le  » dilemme du hérisson. L’image est claire. Tout porte à croire que ce gouvernement est confronté à ce dilemme et la politique du logement qu’il mène en est une preuve indiscutable. Décodage.

Lorsqu’un ministre du logement prend ses fonctions, il reçoit traditionnellement des demandes d’audience de la part des organisations professionnelles et des associations du secteur. Il ou elle y fait droit dans les quatre à six semaines qui suivent son entrée au gouvernement. Cette fois, les acteurs ont bien senti que les habitudes étaient malmenées… Certes, il y a d’abord eu l’épisode des trente quatre jours: plusieurs ministres, dont Richard Ferrand, en charge de la cohésion des territoires et du logement, ont été conduits à démissionner, rattrapés par des affaires. Cette période a compté pour du beurre si l’on peut s’autoriser l’expression. A l’arrivée de son successeur, le ministre Jacques Mézard, secondé du secrétaire d’État Julien Denormandie, quelques rares institutions, sans doute jugées plus importantes stratégiquement, ont eu l’heur de rencontrer l’un et l’autre. La plupart ont dû patienter et patientent encore. Les plus chanceux ont le loisir Lire l’article complet

Thumbnail for 417785

Sylvain de Munter a répondu présent à l’invitation de Léo Attias, président de FIABCI France, pour expliquer devant un auditoire d’une soixantaine de professionnels la force d’un réseau à l’international » .

Dans une ambiance feutrée et conviviale, le président de FIABCI France a présenté son réseau présent en France depuis un peu plus d’un an, et sa vision du business à l’international.

 » L’international n’est pas une problématique, il est ancré dans notre culture, explique d’emblée Sylvain de Munter, directeur exécutif de Keller Williams France lors de sa présentation à la FIABCI.  » Le réseau Keller Williams est implanté dans 32 pays, et aujourd’hui nos agents, dès leur formation sont sensibilisés au travail à l’international. Installé en France depuis 2016, mais fort de plus de 150 000 agents à travers le monde, Keller Williams est une franchise immobilière internationale, à mi chemin entre le réseau de mandataire et l’agence immobilière traditionnelle, et très axée sur les nouvelles technologies et la formation. L’enseigne se développe sous forme de market-center . On en dénombre quatre actuellement en France pour le moment, mais une dizaine vont ouvrir leurs portes d’ici l’année prochaine.  » Les valeurs de Keller Lire l’article complet