« A propos des conditions d’octroi des prêts », Michel Mouillart, Professeur d’Economie, FRICS

Thumbnail for 766685

By Michel Mouillart

Dès l’automne 2017, le marché des logements anciens était entré en mode dégradation. En 2018, le nombre de compromis signés (en avance de l’ordre de six mois sur celui des actes définitifs) a donc reculé. Cette mauvaise conjoncture n’est pas surprenante, dans un paysage dominé par la dégradation des dispositifs publics de soutien de la demande, par les inquiétudes des agents économiques (comme l’enquête mensuelle de l’Insee auprès des ménages l’a révélé, mois après mois) et par les conséquences de la hausse des prix de l’immobilier sur la solvabilité de la demande. C’est dans ce paysage que l’assouplissement des conditions d’octroi des prêts a permis d’atténuer les tendances récessives du marché.

Des conditions d’octroi des prêts exceptionnelles

En 2018, l’amélioration des conditions de crédit s’est poursuivie, d’après l’Observatoire Crédit Logement/ CSA qui permet d’analyser chaque année 40 % des prêts accordés pour le financement des achats immobiliers des ménages. Les durées des crédits accordés se sont allongées comme jamais par le passé, pour s’établir à 227 mois en moyenne, au niveau le plus élevé observé jusqu’alors. Et les taux du secteur bancaire (hors garanties et assurances) ont encore reculé (1,44 % au 4e trimestre) : d’ailleurs, depuis le mois de juin, ils Lire l’article complet

De : « A propos des conditions d’octroi des prêts », Michel Mouillart, Professeur d’Economie, FRICS