Thumbnail for 790180

Les infiltrations par le toit sont les plus connues et concernent tous les types de couverture ou de toitures-terrasses qu’elles soient inaccessibles, accessibles, végétalisées ou celles qui accueillent des équipements techniques.

Il faut savoir que certains matériaux de toiture imposent une inclinaison minimum, même si la maison est idéalement située .

Pour un toit en chaume : la pente minimale est de 40 %.
Pour un toit en shingle : la pente minimale est de 20 %.
Pour un toit en tuiles : la pente minimale est de 20 %.

L’inclinaison d’un toit selon la région va dépendre de 3 facteurs :

La zone climatique,
Les intempéries,
L’exposition au vent.

La France est divisée en trois zones climatiques, dont peut dépendre la pente minimale de votre toit :

La Zone 1 :la maison est située à 200 mètres au-dessus du niveau de la mer ou moins, et/ou à plus de 40 km des côtes.
La Zone 2 : la maison est située entre 200 et 500 mètres au-dessus de la mer, et/ou entre 20 et 40 km des côtes.
La Zone 3 : lamaison est située à 500 mètres ou plus au-dessus du niveau de la mer, et/ou à moins de 20 km des côtes. La Zone 3 étant clairement Lire l’article complet

Thumbnail for 789937

Quel que soit l’avis que l’on ait sur l’émission de M6 avec Philippe Etchebest,  » cauchemar en cuisine, l’image de l’entrepreneur qui prend l’eau est une vraie réalité. Pourtant, il ne manque pas grand chose pour réussir… Oui mais quoi ?

On nous avait prévenu, ouvrir une agence immobilière demande de la patience mais la réussite est au bout du chemin. Alors, on applique la méthode, on valorise notre image, on développe nos compétences, on fait des journées de 19h, des semaines de 6 jours et demi, on reporte ses vacances… Malgré cet investissement sans faille, on est de plus en plus démoralisé, en proie au doute :  » je me laisse encore 6 mois et après je raccroche ! On a beau visionner toutes les  » vidéos conseils de Youtube,  » acheter de la compétence, boire les paroles des coachs qui, sans conteste, savent de quoi ils parlent… ça ne change pas grand chose à notre problème. Cette expérience, c’est celle de nombreux entrepreneurs (indépendants et franchisés !) qui derrière une apparente réussite, boivent la tasse : beaucoup imaginent que le métier d’agent immobilier est un métier facile et très rémunérateur, mais pour celui qui s’engage dans cette voie, il Lire l’article complet

Thumbnail for 789935

Le délai de rétractation SRU court à compter de la première présentation de la lettre notifiant l’acte. Mais, si elle est remise à une personne n’ayant pas pouvoir pour la recevoir, le délai ne court pas.

Le contexte

Une promesse de vente est signée, et l’agent immobilier notifie l’avant-contrat par lettre recommandée à chaque acquéreur. Les deux avis de réception sont signés par le même acheteur. Les acquéreurs exercent leur faculté de rétractation, et le vendeur demande le paiement de la clause pénale prévue à la promesse de vente. Il assigne également l’agence immobilière en responsabilité.

Jurisprudence

La Cour de cassation indique que la notification de la promesse de vente, par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, n’est régulière que si la lettre est remise à son destinataire ou à un représentant muni d’un pouvoir à cet effet. En l’espèce, l’avis de réception de la lettre de notifi cation adressée à l’un des acheteurs comporte uniquement la signature de l’autre, sans précision du nom et prénom du signataire, ainsi la personne qui a reçu la lettre recommandée n’a pas signé en qualité de mandataire. Le délai de rétractation n’a donc pas couru à l’égard de l’acquéreur auquel le pli était destiné. Il peut Lire l’article complet

Thumbnail for 789933

Le rapport Nogal est-il le chainon manquant de la loi Élan ? Je ne sais si la réponse est affirmative, mais ce rapport, qui deviendra bientôt une loi, pose deux postulats importants : rétablir la confiance entre bailleurs et locataires, d’une part, et désigner l’administrateur de biens comme tiers de confiance dans cette relation particulière, d’autre part.

Un mot tout d’abord sur la méthode : ce rapport est le fruit d’une vaste consultation tous azimuts, ce qui n’est pas si fréquent et mérite d’être souligné.

Rappelons, au préalable, dans quel contexte de marché nous sommes : la France souffre depuis très (trop) longtemps d’un déséquilibre important entre offre et demande de logements, qui entraîne une pression constante sur les prix, principalement en zones tendues. Les investisseurs institutionnels se sont détournés du marché, notamment sur le segment du logement intermédiaire, et le logement social ne peut pas tout. Restent les petits investisseurs particuliers qui croient aux vertus de la pierre. Pour autant ces bailleurs privés, contrairement aux idées reçues, ne possèdent pas un patrimoine immobilier gigantesque et sont à la tête de moins de deux logements en moyenne. Dans le parc locatif privé de près de sept millions de logements, deux tiers sont Lire l’article complet