La hausse des prix qui se renforce depuis un an a connu une accélération dès le mois de juin. Elle se constate dans la plupart des grandes agglomérations telles Paris, Lyon ou Marseille. Et elle s’accompagne d’un nouveau resserrement des marges de négociations, redescendues sous leur moyenne de longue période.

En revanche, l’activité ralentit. En dépit de conditions de crédit qui ne cessent de s’améliorer, la demande de logements anciens hésite souvent à se réaliser. Le climat anxiogène alimenté par les attentats, les manifestations du printemps, puis les incertitudes économiques et politiques n’est guère favorable à l’expansion du marché.

Une baisse des taux d’intérêt sans précédent

En août 2016, les taux des crédits immobiliers se sont établis à 1,48 %, en moyenne. Sur des prêts à 20 ans qui s’obtiennent à 1,57 % en moyenne, un quart des emprunteurs (ceux dont l’apport personnel est le plus élevé) ont même pu obtenir un taux fixe à 1,31 %, en moyenne. La baisse des taux s’est poursuivie durant l’été. En dépit des pauses qui ont marqué son évolution depuis octobre 2015, elle est toujours rapide, répercutant la faiblesse des taux constatés sur les marchés obligataires. Et elle exprime les conséquences des orientations Lire l’article complet

Les emprunteurs franciliens ont pu, de nouveau, bénéficier de barèmes à la baisse pour les établissements financiers partenaires d’Emprunt Direct en Ile-de-France. Cette baisse reste toutefois d’amplitude sensiblement identique à celle constatée en juillet, avec des replis allant de 5 à 10 points de base selon les maturités et qualités des dossiers.

Les taux des prêts pour les meilleurs dossiers ont par exemple reculé uniformément de 5 points de base. Un emprunteur francilien bénéficiant d’un excellent dossier peut ainsi bénéficier, sur un prêt à 10 ans, d’un taux de 0.80 %, contre 0.85 % le mois dernier. Idem à 15 ans où ce même type d’emprunteur pourra bénéficier d’un taux de 1.10 %, contre 1.15 % il y a un mois.

Les seules baisses de 10 points de base ont été constatées pour les emprunteurs disposant d’un très bon dossier et empruntant sur 25 ans, ainsi que pour les emprunteurs disposant d’un bon dossier et empruntant sur 20 ans.

Globalement, cette nouvelle salve de baisses est semblable à celles appliquées dans les autres régions. Les niveaux de taux dans la région sont par ailleurs proches de ceux constatés dans la moyenne des 13 grandes régions.

« Le mouvement de baisse très graduelle se poursuit, Lire l’article complet

Les taux bas défilent dans toute la France, et ce, depuis plusieurs mois. Des reculs qui concernent les taux moyens et les taux mini. Le mois de septembre n’a pas fait exception à la règle : les taux de prêt immobilier continuent de baisser. En atteste l’été indien des taux que nous observons en cette rentrée.
Emprunter n’a jamais coûté aussi peu cher. Cette période de baisses de taux est évidement propice aux achats immobiliers, mais aussi, aux renégociations de prêt ou rachat de crédit immobilier. C’est plus que jamais le moment d’en profiter ! Et bon nombre d’emprunteurs ont saisi l’opportunité. En juillet 2016, la part des renégociations de prêt immobilier « représente près de la moitié des crédits nouveaux à l’habitat », souligne la Banque de France.

Rachat de prêt immobilier : c’est le moment de renégocier votre taux d’intérêt

Dans un contexte aussi favorable, nous vous conseillons d’effectuer un rachat de crédit immobilier afin de profiter des conditions excellentes du marché immobilier.
En effet, le coût du crédit immobilier ne cesse de baisser :

de 34 à 44% depuis le 1er janvier 2016,

de 39 à 46% sur un an glissant.

Afin de savoir si vous avez intérêt à Lire l’article complet

Pas de nuages pour les taux de crédit immobilier en cette rentrée 2016. Dans un contexte très concurrentiel, les banques continuent à être très agressives pour attirer de nouveaux clients.  » Les taux sont plus bas que jamais », indique Cécile Roquelaure, Directrice des Etudes et de la Communication d’Empruntis.
Zoom sur les mouvements de taux de prêt immobilier de ce mois de septembre.

Taux minima : encore et toujours des baisses
Dans leur grande majorité les taux mini diminuent par rapport au mois d’août, devenant encore plus attractifs. De fait les taux mini affichent :

Sur 10 ans : 0,70%, soit une baisse de 10 centimes ;

Sur 15 ans : 0,90%, soit une baisse de 5 centimes ;

Sur 20 ans : 1,10% soit une baisse de 8 centimes.

Seul le taux mini sur 25 ans reste stable à 1,35%.
Les banques démontrent encore ce mois-ci qu’elles sont capables de faire d’importants efforts pour attirer les clients ayant des profils premium.

Taux moyens : l’effort conséquent des banques
Pas d’accalmie pour les taux moyens, en effet ce mois de septembre affiche une baisse quasi générale sur les taux d’emprunt moyens. On note que ceux-ci diminuent de 5 à 10 centimes.
Les taux moyens sur les durées 15, 20 et Lire l’article complet

Passer du statut de locataire à celui de propriétaire engendre des coûts.Impôts et charges pèsent sur le budget des acquéreurs. « Nombreux sont ceux qui, lorsqu’ils achètent un logement, ne prennent en compte dans leur plan de financement que le remboursement de leur crédit immobilier. Or, c’est une erreur. Devenir propriétaire génère, en effet, beaucoup plus de frais que le paiement de simples intérêts bancaires », tempête Claude Pouey, directeur technique de l’Association des responsables de copropriété (Arc). Pire, ces coûts annexes ne cessent d’augmenter au fil des ans. Droits de mutation et impôts locaux Dès l’achat, les frais de mutation…

Depuis octobre 2015, la baisse des taux sur le marché de l’ancien a culminé à 72 points de base en juillet, selon l’Observatoire Crédit Logement. Le mois de juillet n’a pas dérogé à la règle qui s’applique mois après mois depuis presque un an désormais : les taux d’intérêts immobiliers ont poursuivi leur descente, affichant pour le neuf une moyenne à 1,69% et pour l’ancien à 1,52%, portant la moyenne générale à 1,55% alors qu’en juin elle était encore à 1,62%, indique le baromètre Crédit Logement – CSA du mois de juillet. « La baisse est toujours rapide, répercutant la faiblesse…

Tribune de Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut du Management des Services Immobiliers. Les derniers résultats de l’Observatoire Crédit Logement-CSA viennent de tomber : les taux d’intérêt des crédits immobiliers ont encore baissé en juin, pour atteindre en moyenne 1,62%, contre 1,76% en mai. La moyenne trimestrielle s’établit ainsi à 1,69%. Du jamais vu. Ce qui est intéressant dans ce contexte, c’est de mesurer le gain de pouvoir d’achat logement des ménages, et le moins qu’on puisse dire est que le bénéfice est colossal : en cinq ans, les Français qui s’endettent pour acheter leur appartement ou leur maison ont vu…

Les Notaires de France sont plutôt confiants. Leur note de conjoncture immobilière publiée en juillet détaille les bons indicateurs du marché. Confiance et dynamisme définissent le secteur de l’immobilier. Focus sur le volume des transactions et les prix au m² en France métropolitaine au 1er trimestre 2016.

Plus de ventes immobilières qu’en 2015

Le marché immobilier reprend des couleurs et retrouve des niveaux de transaction d’avant crise soit, 830 000 ventes fin avril 2016. Une hausse des volumes des ventes de 19% est ainsi observée sur un an. Le beau temps revient donc progressivement.
Le nombre des avant-contrats semble même confirmer la tendance. Preuve que le volume des transactions  » devrait se maintenir à des niveaux élevés, analysent les Notaires de France. Ils restent tout de même vigilants. La hausse des ventes ne doit pas se traduire par une augmentation des prix.  » La seconde viendrait alors annihiler la première.

La baisse des taux d’intérêt redonne du pouvoir d’achat

Stabilité des prix immobiliers et baisse des taux font bon ménage.  » Il est vrai que l’économie réalisée par la baisse des taux a permis à certains d’acheter jusqu’à une pièce supplémentaire à budget égal et que la fluidité des volumes retrouvée redonne à d’autres Lire l’article complet