FONCIASCOPE de l’habitat – La conjoncture de l’immobilier

  

Vers une stabilisation de l’optimisme des Français concernant l’évolution de la conjoncture immobilière

• En avril 2015, la part de Français considérant que « l’année à venir serait une bonne période pour investir dans l’immobilier » connaissait son plus haut niveau depuis juillet 2014 (56%) pour finalement passer sous la barre des 50% d’optimistes deux mois plus tard (49%, -7 pts).

• Aujourd’hui, la tendance est à la stabilisation : 51% (+2 pts) des Français estiment que les 12 prochains mois seront favorables à l’investissement.

Des facteurs décisifs à l’investissement jugés de plus en plus favorables

• Avec des opinions comparables à celles observées en juin dernier, les Français continuent de percevoir le coût du crédit (70% l’estiment favorable, -3pts) et le nombre de biens sur le marché (66%, -2 pts), comme les deux facteurs les plus favorables à l’investissement immobilier.

• Avec une progression de 5 points d’opinions favorables en un an, la baisse des prix au m² devient un critère de plus en plus déterminant en matière d’investissement immobilier (55% contre 50% en novembre 2014).

• Enfin, bien qu’elles soient encore considérées comme des freins par une majorité de Français, la facilité à obtenir un crédit (44% d’opinions favorables) et la politique fiscale en matière de logement (38%), sont également mieux perçues qu’il y a un an (respectivement +6 et +7 pts).

Si plus de la moitié des Français continue d’envisager une hausse des coûts liés au logement, la perception qu’ils ont de leur situation financière tend à s’améliorer depuis un an

• Bien qu’ils se montrent moins pessimistes qu’il y a un an concernant le coût du logement, les Français restent près de 6 sur 10 à envisager une augmentation des coûts pour se loger (59%, -7pts en un an) quand seuls 3 sur 10 envisagent une stabilisation (31%) et 1 sur 10 une diminution (9%).

• Pour autant, à peine plus d’un tiers des Français anticipe une dégradation de sa situation financière pour les 12 prochains mois (35%, -9 pts en un an). Au final, la perception dominante est celle d’une stabilisation de la situation financière des ménages puisqu’ils sont la moitié à prévoir une stagnation de leur situation financière (49%).

Sondage réalisé du 28 septembre 2015 au 07 octobre 2015

 

Source :