« HLM : que tout change pour que tout demeure », Jacky Chapelot, Président adjoint de la FNAIM

Thumbnail for 465424

By jda

Il faut que tout change pour que tout demeure : La phrase est devenue célèbre. Cette citation s’applique à merveille à la situation du monde HLM aujourd’hui, que l’exécutif veut réformer en profondeur : la baisse exigée des loyers, la diminution des aides au logement, l’accélération des ventes et la remise en question du droit au maintien dans les lieux pour les locataires.

Les organismes HLM prêts à l’effort mais pas au prix de la mission sociale

Les bailleurs sociaux ne sont pourtant pas insensibles à la démarche gouvernementale et sont pour nombre d’entre eux prêts à consentir à des efforts sur les loyers pratiqués, sous réserve qu’ils soient considérés comme des fournisseurs de logements et fiscalement traités comme tels. Ils expriment cependant des doutes quant à la possibilité pour eux de poursuivre leur mission avec la même efficacité. La mission sociale n’est pourtant pas le seul apanage du secteur public HLM. C’est aussi une fonction de fait du secteur locatif privé. Qu’on en juge : les aides au logement (ALS, ALF, APL) qui concernent 6 millions de ménages allocataires sont perçues par moins de 60% des locataires du secteur public et par près de 40% des locataires du secteur privé.

Un florilège Lire l’article complet

De : « HLM : que tout change pour que tout demeure », Jacky Chapelot, Président adjoint de la FNAIM