Immobilier de bureaux : un début d’année bien peu mouvementé

Dans son étude trimestrielle du marché des bureaux en Ile-de-France, DTZ constate un démarrage difficile avec peu de grands mouvements et un ralentissement marqué des transactions hors Paris, comme le notaient hier les indicateurs Immostat.

Difficile démarrage pour le marché des bureaux en Ile-de-France… Sitôt le quatrième trimestre 2014 achevé avec plus de 500 000 m² commercialisés, la demande placée retombe à un niveau relativement bas, de l’ordre de 372 700 m². C’est la plus mauvaise performance pour un 1er trimestre depuis 10 ans.

Les raisons de ce ralentissement sont de deux ordres :

– Les grands mouvements sont aux abonnés absents. Seulement 11 transactions sur une surface supérieure à 5 000 m² pour un volume total de 92 000 m² ont été enregistrées ce trimestre. Ce segment de surfaces recule de 54 % alors que les surfaces intermédiaires sont aussi à la peine avec un recul des commercialisations de l’ordre de 21 %.

– Les baisses d’activité transactionnelle ont principalement touché le croissant ouest (-44 %) et les couronnes (-58 %). À l’inverse le marché parisien, avec à sa tête le Quartier Central des Affaires, voit son volume de transactions progresser d’une année sur l’autre (+16 %).

 » Nous avons ressenti depuis les deux derniers mois une certaine frilosité de la demande exprimée par les petites et moyennes entreprises, qui attendent une reprise plus franche de l’économie pour recommencer à consommer davantage de m² de bureaux » commente Marc-Henri Bladier, Directeur Général de DTZ. « Nous restons confiants quant à une reprise des grands mouvements – la demande existe, mais les process de décisions sont devenus plus longs».

Cette configuration de marché très centrée sur le marché parisien a pour effet direct une hausse du loyer moyen de première main en Ile-de-France, passé de 364 €/m²/an au 1er trimestre 2014 à 565 €/m²/an en 2015. Lire l’article complet

Via: http://www.directgestion.com/rss/flux.php