Avec des taux toujours plus bas et des conditions d’accès qui s’assouplissent de plus en plus, les profils plus jeunes ont un accès plus ouvert au marché de l’acquisition immobilière. En effet, si les profils seniors constituent la majorité des projets d’achat sans recours à l’emprunt (75 % sont âgés de plus de 50 ans), les profils plus jeunes demeurent tributaires du sésame bancaire pour concrétiser leurs projets d’achat.

 » Notre Observatoire met en exergue que le profil du futur acquéreur ayant l’intention d’effectuer un emprunt immobilier en 2015 est pour l’essentiel un acheteur de moins de 35 ans, CSP+, cherchant à concrétiser une première acquisition dans un budget compris entre 100 000 € et 200 000 €. » résume Stéphanie Pécault, Responsable Études chez Logic-Immo.com en charge de l’Observatoire du Moral Immobilier.

En effet, 48 % des emprunteurs sont âgés de moins de 35 ans et plus de la moitié accèdent à la propriété pour la première fois (55 %). Majoritairement de profil CSP+ (54 %), leur budget reste concentré pour l’essentiel sur une fourchette de 100 à 200 000 euros (40 %).

Concernant les non-emprunteurs, 75 % sont âgés de plus de 50 ans et 85 % sont déjà propriétaires. Pour sa prochaine acquisition, ce dernier profil recherche des biens dans un budget supérieur à celui des emprunteurs puisque 31 % d’entre eux visent des biens estimés entre 200 000 € et 299 000 €. En effet, il s’agit ici majoritairement des personnes en retraite ou pré-retraite (49 %) qui revendent un bien en parallèle de leur projet immobilier actuel (43 % sont des acheteurs-revendeurs).

Lire l’article complet

L’indice de référence des loyers publié par l’Insee et nécessaire à la révision des loyers d’habitation est de 125,19 au premier trimestre 2015, soit une progression de 0,15% sur un an. Toutefois, depuis le premier trimestre 2012, cette progression ne cesse de ralentir.

Lire l’article complet

En deux mois, l’effet pénurie de programmes a eu le temps de produire des résultats puisque la proportion des investisseurs est tombée de 15 à 12 % selon le réseau de courtiers Cafpi.

Le même phénomène s’illustre chez les primo-accédants. Ils achètent à 79, 02 % dans l’ancien, mais davantage par absence de choix que par réelle préférence pour les murs chargés d’Histoire. En mars, ils ont pu emprunter davantage : 171 770 € sur 236 mois, alors qu’en début d’année, la moyenne était de 169 285 € sur 238 mois. L’effort qui leur est demandé reste cependant substantiel : l’équivalent de 4,77 années de revenu. C’est un peu plus qu’en janvier où l’on en était à 4,75 années.

Les accédants continuent eux aussi d’acheter principalement dans l’ancien, à 94,45 % contre 92,4 % en janvier. Ils empruntent davantage et moins longtemps : 179 159 € sur 198 mois en mars contre 178 440 € sur 200 mois en début d’année.

Lire l’article complet

Le parc immobilier français pèse plus de onze mille milliards d’euros. Compte tenu des considérables enjeux économiques et financiers sous-jacents pour les ménages, les entreprises et les acteurs publics, sa bonne estimation est donc primordiale. Et il est essentiel que ce travail d’évaluation s’appuie sur une analyse pointue et objective des marchés immobiliers.

Or, résultat d’un important mouvement de concentration, l’activité d’évaluation est désormais en bonne partie contrôlée par quelques puissants  » ensembliers » (brokers, sociétés d’audit et de conseil notamment), multinationales étrangères pour l’essentiel. Les conséquences s’avèrent néfastes pour le marché immobilier et l’appréhension de ses risques. Le cumul des Lire l’article complet

Selon la dernière enquête menée par l’Observatoire du Moral Immobilier, révélant que 83% des candidats à l’accession prévoient de souscrire un prêt pour financer leur bien, seulement 35% des futurs emprunteurs estiment que les conditions d’accès au prêt immobilier sont difficiles.

Ainsi, si 38% des candidats à l’emprunt ont un avis mitigé, ils sont 27% à exprimer une certaine sérénité quant au passage par la case banque dans le cadre de leur projet.  » Cette approche est nouvelle. À la même période en 2014, 1 futur acquéreur sur 2 percevait les prêts comme étant difficiles à obtenir. En 2015, ils ne sont plus qu’un tiers à partager ce sentiment. Les futurs acquéreurs semblent ainsi exprimer une certaine confiance quant à l’aboutissement de leur projet de financement. Le rêve de l’accession immobilière leur paraît plus réalisable qu’auparavant. » explique Stéphanie Pécault, Responsable Etudes chez Logic-Immo.com en charge de l’Observatoire du Moral Immobilier.

Pour la minorité exprimant des craintes liées à l’obtention d’un prêt immobilier (35%), les deux principales raisons évoquées résident aussi bien dans les conditions exigées par rapport à leur situation professionnelle (ancienneté exigée, CDI…) que dans la nécessité d’avoir un apport.

Lire l’article complet

La déclaration en ligne des revenus 2015 est ouverte ! Après plus de 13 millions de contribuables en ligne l’année dernière, ce qui représente 36 % des foyers fiscaux, l’administration fiscale attend encore plus de déclarations dématérialisées cette année.

En effet, cette méthode permet aux imposables de bénéficier d’une durée de déclaration plus étendue, selon son département de résidence. Un avantage qui peut aller jusqu’à 20 jours supplémentaires par rapport à la date limite de dépôt de la déclaration papier. Par exemple, la zone 3 qui comprend les départements situés entre les numéros 50 et 974/976 ainsi que les non-résidents voit sa limite de dépôt passer du 19 mai au 9 juin.

La zone 1 (départements 01 à 19) doit déposer sa déclaration en ligne avant le 26 mai à minuit tandis que la zone 2 (départements 20 à 49) a jusqu’au 2 juin pour effectuer le dépôt en ligne.

Lire l’article complet