Le logement conserve sa pôle position dans le porte-monnaie des Français. En effet, selon l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES), ce poste de dépense représente en moyenne près d’un tiers des dépenses des Français chaque mois.

Le logement représente 46 % du budget d’une personne seule retraitée locataire dans le parc privé, contre 22 % pour un couple avec deux enfants, locataire dans le parc social. Toutefois, ce dernier reste important pour les personnes seules retraitées et actives. Il représente respectivement 37 % et 33 % de leur budget de référence.

Après le logement, ce sont l’alimentation, les transports et les sorties (vie sociale), qui occupent les places les plus importantes dans le budget des Français. La santé arrive en avant-dernière position.

Plus

Selon une étude du Crédit Foncier, le loyer tertiaire de présentation, également appelé loyer facial, sur le marché des bureaux, a augmenté de 1 % sur un an, à fin 2014, en Ile-de-France, pour se situer à 315 euros par m².

Cependant, malgré cette hausse du loyer facial, après prise en compte des remises commerciales le loyer réel est en baisse. Ainsi, la baisse du loyer réel est comprise entre 12 et 17 % à Paris, 12 et 30 % à La Défense, entre 6 et 30 % pour le Croissant Ouest.

Plus

Peu de grandes transactions en 2014 en régions, selon DTZ. Le marché de l’investissement affiche du coup une baisse de 25 % d’une année sur l’autre, avec seulement 2,6 milliards d’euros investis sur l’année 2014.

Dans un marché de l’investissement en France porté par une très bonne dynamique (22,7 milliards d’euros en 2014, en progression de 46 % en un an) la performance des régions affiche un repli. Avec seulement 2,6 milliards d’euros investis dans des actifs uniques en province contre 3,5 milliards en 2013, l’heure est clairement à la baisse.

La performance de 2014 est donc décevante, car loin des volumes moyens enregistrés entre 2011 et 2013 ou de son niveau record de 2007 avec 5,7 milliards d’euros transactés. Ce constat doit cependant être nuancé, les cessions de portefeuille d’actifs ayant été dans le même temps quasiment multipliées par 10, ce qui représente un volume additionnel d’environ 4 milliards d’euros en 2014.

 » Le repli des montants investis en province est en partie dû à l’absence de transactions sur des montants unitaires importants, l’activité du marché ayant principalement porté sur le segment des cessions de 20 à 50 millions d’euros, en hausse de 8 % en un an» commente Nils Vinck, Directeur Capital Markets France chez DTZ.

Le bureau reste l’actif le plus attractif en régions avec une part de marché de 54 %, en progression cette année, alors que les investissements en commerces, entrepôts et locaux d’activités ont reculé.

Les investisseurs continuent de privilégier la région Rhône-Alpes, toujours en tête avec 797 millions investis, mais néanmoins un chiffre en baisse de 37 % en un an avec une perte de parts de marchés au profit de PACA et du Nord-Pas-de-Calais qui progressent à +26 % et +15 % en 2014. On assiste cette année à de belles remontées des Pays de Plus

Aujourd’hui, un tiers des propriétaires envisagent de faire des travaux de rénovation énergétique chez eux. Cependant, alors que de nouvelles mesures législatives prévoient notamment l’obligation de réaliser des travaux de rénovation énergétique en cas de travaux de ravalement, de toiture, et d’aménagement de nouvelles pièces, les propriétaires sont nombreux à déclarer songer à y renoncer pour des raisons financières.

Sujet majeur de préoccupation, l’amélioration de l’habitat ne peut décemment pas se faire sans une aide extérieure. Chose anticipée par les deux acteurs que sont PrimesEnergie.fr et Groupama Banque, qui annoncent aujourd’hui la signature d’une convention de partenariat destinée à venir en aide aux particuliers dans le financement de leurs travaux de rénovation énergétique. L’objectif affiché est clairement de leur offrir la meilleure information au meilleur moment pour les aider à boucler le financement de leurs travaux de rénovation énergétique.

Concrètement, à chaque demande de prime énergie faite sur le site PrimesEnergie.fr, les particuliers pourront, s’ils le souhaitent, accéder à une présentation du crédit travaux Désirio et faire d’une pierre deux coups en demandant à être mis en relation avec les équipes de Groupama Banque et bénéficier d’un prêt à taux privilégié pour financer jusqu’à 100 % de leur projet.

 » Isolation thermique, chauffage, énergies renouvelables. Les conditions tarifaires avantageuses de ce partenariat permettront aux particuliers de profiter d’une solution de financement performante cumulable avec le dispositif des primes énergies », expliquent les deux acteurs.

Plus

L’évolution des taux est scrutée avec attention par les professionnels du métier. L’enjeu est de savoir à quel moment cette baisse historique des taux va s’arrêter et prévoir également si une éventuelle remontée devait avoir lieu. Empruntis, l’a bien compris et met tout en œuvre afin d’anticiper les fluctuations du marché.

Où en sont les taux en ce début de mars 2015 ?
La tendance à la diminution reste inchangée, nous sommes bel et bien dans un mouvement général baissier sans augmentation brutale de taux. Le contexte est toujours aussi favorable à l’achat !
Mais attardons-nous un peu plus sur cette baisse qui, à l’inverse de ce que nous vous annoncions dans notre précédente lettre, n’est plus aussi homogène. En effet, les taux moyens diminuent sauf pour les durées de 10, 15 et 30 ans qui stagnent.
Pour ce qui est des taux mini, ils sont majoritairement stables, à l’exception des durées de 20 et 25 ans qui baissent respectivement de 5 et 11 centimes.
Comment évolueront les taux dans les jours à venir ?
La baisse des taux moyens devrait se poursuivre. En effet, les banques réajustent leurs taux en fonction de la concurrence pour rester les plus compétitives possibles.
Quel impact pour les futurs emprunteurs ?
C’est le moment idéal pour les négociations. Environ 90% des dossiers présentés chez Empruntis bénéficient de décotes supplémentaires.  » Chaque dossier a ses atouts, il faut absolument les valoriser dans le cadre de la négociation, car au-delà du taux, les marges de manœuvre sont importantes. Si on sait les négocier… », précise Cécile Roquelaure, Directrice de la Communication et des Études d’Empruntis.
Les banques veulent gagner un maximum de nouveaux clients. Si vous avez une situation stable, un budget équilibré et des garanties solides, elles ne vous refuseront pas une décote de taux pour votre crédit immobilier. Enfin, les banques emploient Plus