Prêt immobilier : la renégociation représente la moitié de la production

Les statistiques sur les crédits aux particuliers publiées par la Banque de France montrent que 46% des prêts à l’habitat distribués au mois de mai 2015 étaient des renégociations, contre 27% en décembre 2014.

La part des renégociations – renégociations de taux dans la même banque ou rachats de crédits par une banque concurrente – dans le flux des nouveaux crédits à l’habitat a passé la barre des 40% depuis le mois de février, après avoir pris son envol dès le mois de janvier. Elle s’y maintient depuis, et progresse encore légèrement en mai. Le phénomène pourrait toutefois s’atténuer dans les mois à venir. « Cet afflux a été particulièrement constaté en début d’année », confirme Maël Bernier, porte-parole du courtier meilleurtaux.com. Toutefois, « (…) les banques sont aujourd’hui surchargées de demandes de nouveaux crédits auxquelles elles ont du mal à répondre. »

C’est évidemment la faiblesse des taux actuels qui pousse les emprunteurs à recourir à la renégociation. Le taux moyen des nouveaux crédits à l’habitat (1) calculé par la Banque de France, toutes durées confondues, a encore baissé en mai, passant de 2,34% à 2,26%. Il était encore de 2,61% en décembre dernier, et de 3,2% fin 2013. Ce contexte soutient la production de nouveaux crédits à l’habitat, qui s’est maintenue en mai au dessus des 15 milliards d’euros (15,5 contre 15,2 en avril), en croissance de 3,2% sur un an.

Stabilité du côté des crédits à la consommation : la production de nouveaux crédits en reste à 4 milliards d’euros, comme en avril et en mars. Le taux moyen (1), hors crédits renouvelables, est également quasi-inchangé, à 4,71% contre 4,70% en avril.

(1) Taux effectif au sens étroit, qui correspond à la composante intérêt du taux effectif global (TEG), selon les explications de la Banque de France.

Par Vincent MIGNOT

Source : cBanque Actu