« Politique du logement : le danger de l’arrogance », tribune de Jean-François Buet, Président de la FNAIM.

Thumbnail for 435097

By jda

Concernant la rénovation énergétique tout d’abord. Après une période d’incitation par tous moyens utiles, notamment financiers ou fiscaux, on passerait à l’ère de l’obligation d’engager des travaux dans les logements trop énergivores. Ce qu’envisage Nicolas Hulot, soutenu par l’Élysée, est attentatoire au droit de propriété. C’est un mépris de la situation de la plupart des ménages, qui n’ont pas la latitude budgétaire nécessaire. On veut leur imposer une double peine : ils habitent dans des logements dont les factures énergétiques sont lourdes et sans accompagnement, on les somme de dépenser l’argent qu’ils n’ont pas.

Au même moment, sur décision de Nicolas Hulot, les aides marquent le pas. À partir de mars prochain, les remplacements de porte et de fenêtre verront leur CITE (crédit d’impôt de transition énergétique) diminuer de moitié.

Et même si quelques jours après ces annonces, le gouvernement semble revenir sur certaines d’entre elles, il semble obsédé par les effets d’aubaine. Les aides auraient conduit à une augmentation mécanique des prix des portes et des fenêtres. À ce compte-là, l’essentiel des aides pourrait être supprimé et il semble que l’on en prend le chemin. Bien sûr, aucune concertation avec les professionnels de la filière. Les syndics de copropriété par exemple Lire l’article complet

De : « Politique du logement : le danger de l’arrogance », tribune de Jean-François Buet, Président de la FNAIM.