Journal de l’Agence N°64 : « Lucere Defendere »

Thumbnail for 807948

By Ariane Artinian

Redorer le blason des métiers de l’immobilier. Même si près de 7 Français sur 10 font appel à un professionnel aujourd’hui pour réaliser leur projet, l’image de la profession peut encore être améliorée auprès du grand public. En développant notamment les efforts de formation de collaborateurs parfois intégrés à la va-vite dans la course infernale au recrutement. Ces efforts sont d’autant plus nécessaires que, de toutes parts, les contraintes juridiques et réglementaires ne cessent de s’alourdir.

C’est ce constat, sans doute, qui a poussé Jean-Marc Torrollion, président de la Fnaim, à batailler auprès des pouvoirs publics pour la reconnaissance du titre d’agent immobilier dans la loi Elan. Les dénominations désormais officielles d' »agent immobilier», d' »administrateur de biens et de « syndic» protègent les professionnels mais permettent surtout au consommateur d’avoir une meilleure compréhension des compétences de chacun et de la chaîne de responsabilité d’un projet immobilier. Fini notamment la confusion chez les transactionnaires. Le titre d’agent immobilier ne peut être attribué désormais qu’à une personne détentrice de la carte de transaction (la fameuse carte T) sous peine d’une amende de 7 500 euros.

Reste à éduquer le grand public sur l’importance du statut de son interlocuteur. C’est justement pour clarifier les modèles, comme Lire l’article complet

De : Journal de l’Agence N°64 : « Lucere Defendere »