Quel est le moral des agents immobiliers en France ?

Le portail d’annonces immobilières Logic-Immo.com lance son Observatoire des Professionnels de l’Immobilier. Avec plus de 500 agents immobiliers interrogés dont 75% indépendants, cette étude donne un coup de projecteur à leur perception du marché ainsi qu’au regard porté sur leur métier, qu’ils appartiennent à un réseau ou non.
Depuis 5 ans, le portail d’annonces immobilières Logic-Immo.com dresse un état de la perception des futurs acquéreurs immobiliers. Cette expertise se complète désormais d’un éclairage sur le moral des professionnels du secteur avec une étude menée auprès de plus de 500 agents immobiliers indépendants (75%) ou appartenant à des réseaux (25%)
« Depuis 2010, nous relayons le ressenti des futurs acquéreurs au travers de nos études sur leur perception du marché. Il nous a semblé naturel de donner aussi la parole aux professionnels de l’immobilier et d’apporter ainsi un éclairage sur le regard qu’ils portent à leur activité », explique Stéphanie Pécault, Responsable Etudes chez Logic-Immo.com.
En cette fin 2015, les agents immobiliers émettent un avis mitigé sur l’état du marché immobilier actuel. En effet, si 38% estiment qu’ils évoluent dans un environnement plutôt défavorable aux affaires, 36% penchent pour un statu quo. Seuls 26% estiment que le secteur immobilier a plutôt le vent en poupe. Sur ce point, l’étude révèle un clivage important entre l’Ile-de-France et la province. En effet, les agents immobiliers franciliens manifestent un pessimisme plus marqué que les provinciaux : 42% considèrent que le climat des affaires dans le secteur immobilier est défavorable, contre 36% en Province.
« Sur ce point, il convient de rappeler que 72% des professionnels interrogés en Ile-de-France ont une activité locative en parallèle de l’activité transaction, soit 12 points de plus qu’en province. La mise en place de la loi ALUR imposant un plafonnement des honoraires d’agence a pu ainsi participer à ce « Immo blues » parisien », rappelle Cyril Janin, Directeur Général du portail d’annonces immobilières Logic-Immo.com et porte-parole de l’Observatoire des Professionnels de l’Immobilier.
En ce qui concerne les perspectives à venir du volume de transactions, les agents immobiliers se veulent prudents : pas d’évolution notable pour les 6 prochains mois. En effet, la majorité s’attend à une stabilisation du nombre de biens mis en vente (57%) et du nombre de candidats à l’accession (52%).
La stagnation de la demande d’une part, et de l’offre d’autre part, les conduit à des prévisions similaires concernant les prix : pour 57% d’entre eux, les prix ne devraient pas bouger dans les 6 mois à venir, avec néanmoins 39% qui envisagent la possibilité d’une baisse.
Ce spleen des professionnels peut être également lié au constat partagé par la profession d’un allongement des délais de mise en vente. En effet, la moitié des agents immobiliers (51%) évoquent un allongement des délais entre la mise en vente et la signature d’une promesse de vente.L’étude de l’Observatoire des Professionnels de l’Immobilier démontre qu’il faut patienter en moyenne 134 jours avant l’obtention d’un compromis, soit quatre mois et demi.
Toutefois, là aussi, le marché francilien reste plus tendu que la moyenne nationale avec des biens qui se vendent beaucoup plus vite. Les professionnels constatent une moyenne de 102 jours entre la mise en vente et l’obtention d’un compromis de vente en Ile-de-France, soit 44 jours de moins qu’en Province où la moyenne est de 146 jours.
Parmi les explications évoquées par les agents immobiliers interrogés figurent notamment des difficultés à trouver un accord entre les candidats à l’accession, qui se montrent très exigeants et qui ne souhaitent pas se précipiter, et des vendeurs déterminés, qui résistent à l’ajustement des prix immobiliers qu’a connu le marché depuis 2012.
« Un agent immobilier sur deux a vu le délais de commercialisation des biens s’allonger. Ce chiffre est symptomatique de l’état d’esprit des professionnels qui sont ainsi pris en sandwich entre des acquéreurs qui connaissent bien le marché et veulent prendre leur temps, et des vendeurs qui n’arrivent pas à lâcher du lest sur les prix », conclut Stéphanie Pécault.
Source : www.logic-immo.com

Source : Actualités > Immobilier : Quel est le moral des agents immobiliers en France ? – Mon immeuble – L’information et les services de la copropriété