Le pouvoir d’achat immobilier des particuliers s’améliore en mai 2015, grâce à la baisse des taux de crédit et au recul du prix des logements. De ce fait, le pouvoir d’achat immobilier des ménages aug Source : Le pouvoir d’achat immobilier des ménages est en hausse – Achat-Vente – Le Particulier

Prix immobilier en France et dans le monde : le point en avril 2015 Prix du neuf et de l’ancien, par ville, par département, par pays, tension immobilière… Voici tout ce qu’il y a à savoir sur les prix immobiliers. Lire l’article complet : Prix immobilier en France et dans le monde : le point en avril 2015 – JDN.

Tout contribuable domicilié en France, qui acquiert entre le 1er Janvier 2015 et le 31 décembre 2015 un logement neuf ou en état futur d’achèvement, peut bénéficier du dispositif Pinel. La LOI PINEL ouvre droit à une réduction d’impôt sur le revenu pouvant atteindre 6 000 € par an pendant 9 à  12 ans. La défiscalisation en loi Pinel est calculée sur le montant du bien immobilier. Elle varie en fonction de la durée de la location… Lire l’article complet : LOI PINEL 2015 : Tout sur la Défiscalisation en Loi Pinel.

Le réseau Guy Hoquet l’Immobilier a publié une étude, menée conjointement avec l’institut de sondage CSA, dans l’espoir de déterminer la place des primo-accédants sur le marché de l’acquisition immobilière. Selon ce sondage, ce dernier serait de retour, tout comme l’acquéreur en général. Oui, mais dans quelles conditions ?

Sur les trois premiers mois de l’année, le réseau immobilier enregistre une hausse de 11 % des prospects acquéreurs inscrits sur son site par rapport à 2014. Un retour qui se conjugue à une hausse de 20 % du nombre de visites organisées dans le réseau. Un regain d’intérêt qui se confirme aussi avec la hausse des primo-accédants : +35 % au premier trimestre 2015, même si le marché reste porté par les secundo-accédants.

 » Si les effets de la politique du logement restent à démontrer, les signes de reprise économique et les taux d’intérêt sont des facteurs encourageants pour le marché immobilier en ce début d’année. Facteurs dont nous mesurons les effets au 1er trimestre avec quelques indicateurs qui passent au vert. Avec le niveau des taux qui devrait continuer à redonner de la confiance aux Français, nous tablons sur des perspectives raisonnablement optimistes pour la suite de 2015 », commente Fabrice Abraham, directeur général de Guy Hoquet l’Immobilier.

Il poursuit,  » grands absents du marché immobilier ces derniers mois, les primo-accédants montrent un signe de retour ce début 2015. Nous avons souhaité en savoir plus sur ces acquéreurs, ainsi que sur les leviers et les freins de leur premier achat. Des taux d’intérêt qui restent historiquement très attractifs, mais aussi des projets de famille et un fort attachement dans la valeur de la pierre expliquent ce rebond ».

Selon l’étude, parmi les 18-40 ans, la moitié sont propriétaires d’un bien immobilier (51 %). Pour un tiers d’entre eux (32 %), ce premier achat Lire l’article complet

La très faible production de logements neufs constatée en ce début d’année 2015 est d’autant plus regrettable que la demande repart, poussée par les mesures gouvernementales en vigueur depuis le 1er octobre. La relance de la demande préalable à celle de l’offre mène à la pénurie…

Les primo-accédants sont 75,27 % à avoir acheté dans l’ancien en février 2015, selon Cafpi. Ils étaient 79,36 % en janvier, ce qui prouve un net retour vers le neuf, vraisemblablement dû à la récente réforme du prêt à taux zéro et de ses effets sur l’amélioration de leur solvabilité.  » Une baisse du chômage et un regain de confiance de leur part amplifieraient rapidement le phénomène », estime le courtier.

Côté investisseurs, le dispositif Pinel est mieux perçu que son prédécesseur. Le taux de 13 % d’acquéreurs en investissement locatif au cours du mois de février 2015 est de bon augure pour la suite, le début d’année n’étant pas la période la plus porteuse pour la recherche de réduction d’impôt.

Enfin, par rapport au mois précédent, les accédants empruntent davantage. Les chiffres Cafpi montrent un montant de180 661 euros en février, contre 178 440 euros auparavant. La durée se raccourcit en revanche : 197 mois contre 200. De plus, cette catégorie d’acquéreurs consacre à son achat 3,64 années de leur revenu, contre 3,77 années en janvier, et reste fidèle à l’ancien à 93,06 %.

Lire l’article complet

Avec un nombre de transactions dans l’ancien en baisse de 2 % en 2014 par rapport à 2013, mais des prix dans l’ancien qui résistent, tout comme ceux du neuf, le marché immobilier toulousain a affiché en 2014 une bonne résistance.

La baisse des transactions s’explique, selon une analyse du Crédit Foncier, par une exigence accrue des acheteurs face à des vendeurs qui maintiennent leurs prix. Sur Toulouse centre-ville, les prix dans l’ancien résistent pour des biens en bon état, malgré une tendance globale légèrement baissière. Les villes à la périphérie restent recherchées avec des prix qui affichent des baisses plus ou moins sensibles selon l’année de construction du bien. Concernant le neuf, avec un prix moyen au m² de 3 500 euros la tendance est restée stable en centre-ville. Ils affichent cependant une baisse en périphérie-secteur courant (3 100 euros/m²) et en périphérie-secteur recherché (3 300 euros/m²).

Les conditions de taux n’ont jamais été aussi favorables à l’acquisition de logement. Les taux ont poursuivi leur baisse pour s’établir à un niveau moyen de 2,29 % à la fin janvier 2015, du jamais vu depuis 70 ans. Ainsi, à Toulouse, le coût total moyen de l’acquisition d’un appartement a baissé de 10,5 % en trois ans (2012 à 2014).

Lire l’article complet

En matière de négociation immobilière, le grand public s’attend généralement à négocier 10% du prix demandé, voire 15% dans le chef des acheteurs. Or, il apparait selon le baromètre LPI-SeLoger du mois de mars 2015 que le taux moyen réel est de l’ordre de 5%. Obtenir le mandat au juste prix est plus que jamais une condition sine qua non de vente. Alors comment expliquer aux propriétaires d’accepter notre estimation et aux acheteurs de ne pas trop la discuter ?

Pourquoi les clients pensent-ils que la marge est supérieure ?

Pendant des années, la marge de négociation avoisinait 10% du prix. Les habitudes de marchés sont difficiles à détrôner. Ce pourcentage correspond également souvent à la tendance naturelle et humaine du propriétaire à surestimer son bien de 10%. Les vendeurs agissant par mimétisme, le marché était généralement présenté 10% au-dessus de sa valeur. Aller contre un marché, en l’occurrence  » vendeurs à l’époque [marché où les vendeurs sont en position de force], n’a pas de sens. Mieux vaut accepter le mandat et de jouer le jeu que de tout perdre. Par ailleurs, pour les acheteurs, négocier donne toujours le sentiment d’avoir gagné quelque chose, de ne pas s’être fait avoir. Mais les temps changent…

Pourquoi la marge est-elle finalement inférieure ?

Internet a radicalement changé nos comportements d’achats : plus impulsifs, plus rapides, avec des prix affichés non négociables.  » A prendre ou à laisser, hormis les sites d’enchères évidemment. Les achats immobiliers sont les plus élevés d’une vie. S’en suit donc une hyper sensibilité aux montants mis en jeu. Un prix affiché supérieur de 10% à la vraie valeur du bien (soit 20.000€ sur 200.000€) fait perdre jusqu’à 70% des amateurs ! 5% de surestimation (soit 10.000€ sur 200.000€) décourage encore 50% de ceux-ci ! C’est énorme. Internet permet aux Lire l’article complet

Selon l’Observatoire du Moral Immobilier de Logic-immo, le nombre de candidats à l’accession s’avère relativement bas en ce début d’année 2015. 2,5 millions de Français envisagent de se lancer dans un projet d’acquisition qui devrait se concrétiser d’ici à 1 an. C’est 500 000 de moins qu’en 2011, période précédant le retournement du marché immobilier, ou qu’en 2013, date à laquelle la baisse des taux d’emprunt avait fortement ravivé l’intérêt des futurs acquéreurs.

La conséquence positive de cette baisse réside dans le rééquilibrage du marché. En effet, le spectre de la baisse des prix a incité des vendeurs à revenir sur le marché. Ainsi à partir de 2013, le nombre de vendeurs potentiels est remonté de 1,5 millions à 2 millions avant de se stabiliser. L’année 2015 s’entame donc avec un marché relativement équilibré : 2,5 millions d’acheteurs face à 2 millions de vendeurs. Pourtant, comme en 2014, les intentions d’achat et de vente peinent à se concrétiser et le marché ne semble pas encore renouer avec la dynamique des années antérieures.

Après une succession de baisses significatives, il est certain que les taux d’intérêt jouent, encore et toujours, un rôle de levier sur le marché immobilier. Là aussi, les acheteurs n’ont jamais été aussi positifs sur le sujet : 78% estiment que les taux d’emprunt sont attractifs. Un contraste très marqué avec 2012, où seuls 24% trouvaient les taux intéressants.

Les taux d’intérêt sont d’autant plus attractifs que le financement de leur projet apparait comme plus accessible aux yeux des acquéreurs immobiliers. En effet, si un an plus tôt ils considéraient majoritairement que les emprunts immobiliers étaient difficiles à obtenir (52%), désormais, ils sont beaucoup moins catégoriques sur la question : 40% pensent qu’ils sont ni difficiles, ni faciles à obtenir.

L’évolution attendue des prix est également favorable à une acquisition. Les candidats Lire l’article complet

MeilleureSCPI.com Les perspectives économiques d’hiver pour 2015, publiées le mois dernier par la Commission européenne dans le cadre du semestre européen*, font état d’une reprise de la croissance en Europe en 2015 et 2016 sur fond d’amélioration de l’environnement macroéconomique international. Marquée par un faible regain d’activité, l’année 2014 devrait donc laisser place à une croissance plus dynamique au cours des deux prochaines années. En particulier, la baisse du taux de chômage devrait se traduire par une augmentation de la consommation de bureaux dans certains Etats membres. L’année 2014 s’est achevée sur le constat d’une reprise faible, mais réelle, de…