« Un marché au zénith », Michel Mouillart, Professeur d’Economie, FRICS

Thumbnail for 797490

By Michel Mouillart

Depuis une année, la production de crédits immobiliers à l’ancien (hors les rachats de créances) progresse à un rythme soutenu. La demande des ménages bénéficie pleinement du dynamisme de l’offre bancaire et de la baisse inédite des taux d’apport personnel exigés. Et ce sont principalement les ménages jeunes et/ou modestes qui ont contribué au redressement des ventes de logements anciens.

L’action des établissements de crédit qui avait déjà permis de transformer en simple ralentissement l’amorce de la récession du 1er semestre 2018 s’est amplifiée depuis le début de l’année 2019. Les ventes de logements anciens devraient donc parvenir au zénith. Et aucune région ne reste à la traîne, tous les territoires tirant désormais avantage de cette évolution.

Une année 2019 d’expansion

Au cours du printemps 2018, la plupart des établissements bancaires ont cherché à redynamiser le marché des crédits immobiliers à l’ancien. Car dès l’automne 2017, la demande avait commencé à reculer en réponse à une hausse des prix des logements qui en altérait la solvabilité. Puis, l’année 2018 s’est ouverte sur la suppression des aides personnelles à l’accession. L’amélioration des conditions de crédit qui s’était observée jusqu’alors (diminution des taux d’intérêt et allongement de la durée de prêts) n’avait donc pas été Lire l’article complet

De : « Un marché au zénith », Michel Mouillart, Professeur d’Economie, FRICS